Recherche par l'initiale du nom
Recherche d'individus
Recherche de couples
Recherche par archives
Recherche de sources
Une charte de donation à l'abbaye de Valdieu de janvier 1262

D.-J. LOUGNOT

La copie numérique d’une charte du XIIIe siècle qui a fait l’objet d’une vente aux enchères en ligne sur un site américain, récupérée grâce à l’obligeance de la maison de vente ayant assuré la transaction, nous permet d’ajouter un élément à l’histoire de la fondation de l’abbaye bénédictine de Valdieu. Elle décrit une donation pieuse pour le repos de l’âme d’un des fils de la fondatrice de cette abbaye et confirme l’appartenance du village de Brebotte à la paroisse de Montreux-Jeune à cette époque.

Sommaire :
1. Description de la charte

Les hasards de la navigation sur Internet nous ont permis de découvrir sur un site américain d’enchères en ligne, une charte du XIIIe siècle concernant l’ancienne abbaye de Valdieu. Grâce à une copie de l’objet vendu quelques mois plus tôt, aimablement fournie par la maison de vente, nous pouvons en proposer une transcription et une interprétation, ce qui lui permettra d’échapper à un oubli définitif.

Le catalogue n° 68 de COHASCO Inc. - MAIL BID SALE présentait cette charte (lot 25-7) dans les termes suivants :

Illuminating a Church Statue – in the Golden Age of Alsace.

Manuscript charter in a dialect of eastern France, likely penned in the “other” Montreux, near the German border, Jan. 1261, 3 1/2 x 6 3/4. Recording a donation of six sous “de Gaullois” to the abbey of “n(os)tre Dame” at Valdieu, for perpetual lighting of a statue. Agnès, “Dame de Fontenoy et de Mostiroul”, and her son, Jean, pledge to give this sum on Martinmas each year. Penned on mocha vellum, in a charming charter hand …  $575-725.

Charte manuscrite dans un dialecte de l'est de la France, probablement écrite dans "l'autre" Montreux, près de la frontière allemande, janvier 1261, 8,5 x 17 cm. Enregistrement d'une donation de six sous "de Gaullois" à l'abbaye de "n(os)tre Dame" à Valdieu, pour l'éclairage permanent d'une statue. Agnès, "Dame de Fontenoy et de Mostiroul", et son fils, Jean, s'engagent à donner cette somme à la St Martin de chaque année. Ecrit sur vélin moka, d’une belle main de chartrier … Prix estimé 575-725 $.

Le repli porte la trace du sceau pendant. Il s’agit donc vraisemblablement de l’original.

Comme nous le verrons plus loin, la description du contenu de cette charte n’est pas tout à fait conforme à la réalité.

 

 

2. Lire et transcrire cette charte

(Pour faciliter la lecture, l’organisation des lignes est respectée et elles sont numérotées ; les abbréviations sont résolues entre crochets).

 1  Je Agnes dame de Fontenoy et de Mosturoul faiz savoir a toz ces qui vairont

 2  et orront ces presentes letres, Que cum Jehanz mes fiz diz berruyers at donez et

 3  utroie et laissie por lo salut de larme en enfermetey de sum cors establiz et en ma

 4  p[re]sence, A Religious barons et labbey et a covent de leglese n[ot]re Dame de Val=

 5  deu. Sex sol de baullois chascun an en almogne p[er]petuel por lo luminaire n[ot]re

 6  Dame. Je davant dite Agnes lo et affermoi et confermoi ladite donation, Lo dit

 7  lais et ladite almogne Je lor assetoi et assignoi a panre chascun an ad la seint martin

 8  dyver, Les dits sex sol ad fressegnes de Borbates quest de le barrochage de Mostirol

 9  la june, Sus mes quelonges que tienent perrins et perrez et li pegnans. Varniers

10  li monniers et sui effant luchate, En tesmoignage de ces choses ad la requeste de m|ie]n fil

11  davant dit, Je lor en ai donei ces p[re]sentes letres scellees de m[ie]n seel q[ue] fuirent faites lan

12  de milaire mil et dus cent et sexante et dex, Ou mois de jovier.

 

3. Traduire cette charte en français moderne

D’abord quelques éléments permettant de comprendre certains termes utilisés dans cette charte :

 

Ligne 2 : Orront ces présentes letres, du verbe ouïr = entendront lecture des présentes lettres.

Ligne 2 : Jehanz mes fiz diz berruyers. Jean le quatrième fils d’Agnès, chevalier, avait vraisemblablement des accointances dans le Berry pour porter ce surnom.

Ligne 3 : donez et utroie et laissie = Donné, octroyé et laissé. On notera la redondance des verbes employés pour en garantir une compréhension sans ambiguïté.

Ligne 3 : establiz = établi qui signifie présent en personne à la signature de l’acte.

Ligne 5 : Sex sols de baullois = six sols bâlois. A cette époque on utilisait indifféremment les monnaies du comté de Bourgogne et de l’évêché de Bâle dans cette région.

Ligne 6 : Agnes lo et affermoi et confermoi = Agnès agrée, affirme et confirme. Le mot lo, lox ou leux signifie accord, agrément, consentement.

Ligne 7 : assertoi = prescrit, du verbe assertir.

Ligne 7 : la seint martin dyver = la saint Martin (11 novembre) date à laquelle étaient perçues certaines redevances.

Ligne 8 : ad fressegnes de Borbates = sur les fressanges de Brebotte. La fressange ou frésange était une redevance annuelle d’un cochon de lait, due au seigneur par ceux qui  avaient des porcs dans l’étendue de sa seigneurie et qui les lâchaient dans la forêt au temps de la glandée.

Ligne 9 : peignans ou peignons, mot inconnu.

Ligne 12 : milaire ou miliaire = millésime.

 

Je, Agnès, dame de Fontenoy et de Montreux, fais savoir à tous ceux qui verront et ouïront la présente lettre, que comme Jean mon fils dit Berruyers a donné et octroyé et laissé pour le salut de l'âme enfermée en son corps, établi et en ma présence, aux nobles religieux et abbé et au couvent de l'église Notre Dame de Valdieu, six sous de Bâle chaque année en aumône perpétuelle pour le luminaire de Notre Dame, Je, ci-devant dite Agnès, consens, affirme et confirme ladite donation, ledit legs et ladite aumône. Je leur prescrit et assigne de prendre chaque année à la Saint-Martin d'hiver lesdits six sous de la fressange de Brebotte qui est dans la paroisse de Montreux-Jeune sur mes collonges que tiennent Perrin et Perrez et les peignans (?), Vernier le meunier et son enfant Lucette. En témoignage de cela à la requête de mon fils ci-devant dit, je leur ai donné cette présente lettre scellée de mon sceau, qui fut faite l'an de millésime mil deux cent soixante-deux au mois de janvier.

 

4. Remettre cette charte dans son contexte

Cette charte se place dans le contexte de la création de l’abbaye de Valdieu. Agnès veuve du comte Ferry de Toul, jouit de nombreuses possessions autour de son château de Montreux ; en même temps son douaire comprend la seigneurie de Fontenoy-le-Château ainsi que de nombreuses revenus dans le Barrois vosgien.

En 1254, elle donne à frère Guido, moine de la Chaise-Dieu, un terrain pour y édifier une abbaye et y installer une communauté bénédictine. Au milieu du XIIIe siècle, cette jeune abbaye bénéficiera du soutien de la maison de Ferrette et des familles parentes et alliées parmi lesquelles les comtes de Chalon, sires de Salins, les sires de Belvoir ainsi que ceux de Glères.

Cette charte de janvier 1262 correspond à une donation pieuse pour le repos de l’âme d’un des fils de la fondatrice. Il est intéressant de remarquer qu’une année plus tard, en avril 1263, c’est Agnès qui fera à son tour, le même type de donation : "10 ß bâlois pour l'entretien d'une lampe qui ardra chascune nuit sur l'autel de l'église Notre-Dame de Valdieu pour assurer le repos de son âme, de celles de ses ancêtres et de son mari". A côté d’elle, elle fera sceller le comte Ulrich de Ferrette, Ferry de Toul, son cinquième fils, prévôt de Saint-Thibaud de Metz, ainsi qu'Erckenfried, Grand Chantre de Bâle.

 

Plan de l'abbaye de Valdieu d'après un document de la fin du XVIIe siècle (ADHR 1 D suppl. 161)

5. Pour conclure

Sans doute, cette charte se trouve-t-elle aujourd’hui soigneusement encadrée quelque part dans la bibliothèque d’un amateur inconnu du Texas ou du Michigan, vraisemblablement incapable de la lire et qui ignore tout de l’abbaye de Valdieu, de la seigneurie de Montreux et peut-être même de la tranche d’histoire dont elle est un des modestes éléments.

Pour en savoir plus sur cette Agnès, Dame de Fontenoy et de Montreux, sa famille et sur la création de l’abbaye Notre Dame de Valdieu, une étude beaucoup plus large et très approfondie paraîtra dans l’édition 2021 de l’annuaire de la Société d’Histoire du Sundgau.


Cet article est publié par LISA sous la seule responsabilité de son auteur.

   Partenaires :                              

© Lisa90 2001-2020