Recherche par l'initiale du nom
Recherche d'individus
Recherche de couples
Recherche par archives
Recherche de sources

Les Reinach, seigneurs de Montreux

par LISA

La famille de Reinach est une famille de petite mais ancienne noblesse originaire de Suisse (Reinach est une commune du sud-est du canton d'Argovie) ; au XVème siècle, elle s'établit en Alsace.


Autre article : Les seigneuries de Montreux.


1. La branche de Reinach Montreux

Le fief de Montreux entre dans la famille de Reinach par Louis/Ludwig, fils de Jean Erhard, lui-même le premier Reinach à s'installer en Alsace.
Louis épouse une des 3 filles de Frédéric de Montreux, seigneur du lieu, qui n'a pas d'héritier mâle. À sa mort, en 1497, la seigneurie de Montreux est partagée entre ses 3 gendres, mais seul Louis de Reinach a une descendance masculine, qui se transmettra le fief sur 5 générations (cf l'arbre ci-dessous).
Les derniers seigneurs de Montreux (Philippe-Charles et Humbert-Nicolas), comme leurs cousins de Foussemagne, autour des années 1700, furent de valeureux soldats au service du roi de France.
Le dernier porteur du titre est Philippe Charles, qui meurt en 1705.

Pierre tombale de Jean-Jacques de Reinach
"Messire Jean Jacques de Reinach, en son vivant Chevalier de l'ordre de Saint Jacques, conseiller d'Etat de son Altesse de Lorraine, Chambellan de Monseigneur le Cardinal qui mourut le 24 septembre 1610"
Cette pierre se trouve au pied de l'autel de la chapelle Ste-Catherine, dernier vestige de l'ancienne Eglise de Montreux.

2. La branche de Reinach Foussemagne

La seigneurie intiale de Montreux avait subi, dés le XIVème siècle, plusieurs divisions.
Les portions de fiefs détenues par la branche de Mélisey, cousine de Frédéric de Montreux, furent vendues en 1549 à Nicolas Perrenot de Granvelle, conseiller et garde des sceaux de l’empereur Ferdinand d’Autriche. Ainsi, cette partie de la seigneurie de Montreux prit-elle le nom de Montreux-Granvelle.
Les fils de celui-ci moururent sans postérité, l'empereur accorda leur investiture à Melchior, Jean-Adam et Jean-Thiébaud de Reinach, arrière-petits-neveux de Louis de Reinach, mais également descendants par les femmes de Frédéric de Montreux. Le fief prit alors le nom "basse-seigneurie", ou de Montreux-Foussemagne, en référence au château de Foussemagne.
En 1609, Melchior, Jean-Adam et Jean-Thiébaud de Reinach le vendirent à leur cousin Jean-Jacques de Reinach-Montreux (ci-dessus). Pendant quelques dizaines d'années, les 2 fiefs de Montreux se trouveront réunis dans les mains d'un même seigneur, mais les deux fiefs continueront à être différenciés :

AD90 19 B 3

Toutefois ni Jean-Jacques ni son fils Ruedolff ne parviendront à payer entièrement le fief de Foussemagne, si bien qu'en 1655, il est rétrocédé aux descendants du précédent Jean Thiébaud, qui sont François-Guillaume de Reinach, Béat Melchior de Reinach-Müntzingen et Jean Thiébaut de Reinach-Hirtzbach, tous les trois barons. Le fief de Foussemagne revint finalement au premier nommé et à ses descendants (et peut-être en partie à la branche de Reinach-Werth, autres descendants de Jean Thiébaut).
La seigneurie de Foussemagne-Granvelle fut érigée en comté en 1718 au profit de François-Joseph-Ignace.



3. La dévolution du fief de Montreux

Dés 1560, Jean Henry, père de Melchior, Jean-Adam et Jean-Thiébaud, petit-neveu de Louis de Reinach, avait été associé par l'empereur au fief de Montreux avec ses deux frères Jacques et Jean-Thiébaud (qui n'eurent pas de descendances), et cette investiture avait été régulièrement renouvelée jusqu'à la fin du XVIème siècle.
Aussi, à l'extinction de la branche de Montreux en 1705, les descendants des précédents, barons de Foussemagne-Granvelle, Hirtzbach et Müntzingen revendiquèrent leur part de la seigneurie de Montreux.
Le partage, qui donna lieu à un débat de droit féodal, fut effectué entre les 9 descendants (1). Plus tard, la branche de Müntzingen étant éteinte, les branches de Foussemagne et Hirtzbach se partagèrent le fief.
Toutefois, en 1699, le susdit François-Joseph-Ignace avait épousé sa lointaine cousine Marie-Claire, fille et héritière unique de Philippe-Charles-Jacques de Reinach-Montreux. Ses descendants réunirent donc la plus grande partie des biens et fiefs seigneuriaux de Montreux, jusqu'à la Révolution. (1)



4. Les descendances

François et Marie-Claire de Reinach choisirent de s'installer au château de Foussemagne et celui de Montreux finit par s'écrouler, faute d'entretien. (2)
La famille de Reinach-Hirtzbach est encore représentée de nos jours, et celle de Reinach-Foussemagne l'a été jusqu'en 1986.
La première, avant la Révolution, a donné un Prince-évêque de Bâle (Jean-Conrad, évêque de 1705 à 1737) ; après la Révolution, des militaires, des hommes politiques (Hesso Antonius, député puis président du Conseil Général du Haut-Rhin de 1872 à 1894 ; Sigismond, sénateur pendant l'occupation allemande ), plusieurs maires d'Hirtzbach ; beaucoup sont enterrés dans la chapelle mortuaire de la famille dans l'église du lieu.

5. Généalogie simplifiée de la famille de Reinach, réduite aux mâles


Arbre de Reinach


NOTES

1 Le partage du fief de Montreux fut l'occasion d'un conflit juridique entre les 9 héritiers. La question qui se posait était de savoir s'il se ferait branche par branche, ou individu par individu. Les Reinach-Foussemagne seraient avantagés dans les premier cas, et les Reinach-Hirtzbach dans le second. Les spécialistes de droit féodal s'affrontèrent et finalement le fief fut divisé à parts égales entre les 9 prétendants. Ce cas d'école successoral a même fait l'objet d'une étude approfondie dans le Repertoire Universel et Raisonné de Jurisprudence, vol. 29, M. Merlin de 1828.
2 Voir cet article sur le château et les seigneurs de Montreux, sur le site de la commune.

Vous pouvez déposer un commentaire sur cet article.
Pour cela, veuillez vous ouvrir une session sur ce site

Même époque : Droits seigneuriaux dans la paroisse de Grosne et à Normanvillars (1504)  ||  Beaucourt et Montbouton dans la source AN K 2210 (1515 - 1750)

   Partenaires :                              

© Lisa90 2001-2019