Recherche par l'initiale du nom
Recherche d'individus
Recherche de couples
Recherche par archives
Recherche de sources

La meunière de Danjoutin : AD68 1C 5115

par R. Billerey

Transcription et traduction de 3 lettres échangées entre le grand bailli et les officiers de Belfort, d'une part, et la régence d'Ensisheim, représentée par le grand bailli D. Rendt, d'autre part.
Suite : Interrogatoire des prisonniers


1. Étiquettes




Enqueste et autres pièces
concernant le procès fait
à Eve, femme du munier de
Damjustin, laquelle avait fait
acheter un breuvage à
Montpeliard par Seullardt,
garçon munier, avec lequel
elle vivait en adultère,
pour empoisonner son mari.
1569

Procès fait par les juges criminels et officiers
de la seigneurie de Beffort,
après auoir pris conseil de la Régence
d'Ensisheim, à Richardt Carchardet, Henneman
Seullard et Eue femme du munier
de Damjustin, laquelle vivant en adultère
avec Seullard, garçon du moulin, l'auoit
enuoyé à Montpeliard pour y acheter
du poison qu'elle vouloit donner à son mari,
mais la Regence de Montpeliard ayant arreté
cet homme et Carchardet, qui l'auoit accompagné,
et les ayant rendu aux officiers de la
seigneurie de Beffort, celui-ci a été quitte
pour une prison de quelques mois, et Seullard
et Eue femme du munier, après ses couches,
mis au carcan et bannis.
Mai – septembre 1569

2. Lettre du 6 mai 1569 (de Belfort à la Régence)




Wolgeborne, Edel, Gestreng, hochgelert und vest, Eure gnedigen
und gunsten seigen unser underthenig, gehorsam, willig
dienst zuuor. Gnedig und gunstige herren,
welcher massen herr Landtuogt und Rath der mumpel-
gardtschen vormundtschafft, uns von dem letsten Apprilles
nechsthen, vonwegen Henneman Seullardts des millers
knecht zu Damjustin, und Richardt Carchardet von
Wiβwalden, so gifft by dem Appoteckher zu Mumpelgart
zu kauffen understanden, geschreiben, Das haben Euren gnedigen
und gunsten uβbyligendem irem schreiben und derselben
thatern bekhendtnuβ zu Munpelgart beschehen, mit N°
A und B gnediglichen zu sehen. Daruff so haben
wir irem erpieten nach, von guetter nachperschafft
wegen, obgemelte beide gefangne wider erfordert, und
den Langenmeyer in der Assise mit einem reuerβ
dieselbige unsere amptsangehorige underthonnen gon Mun-
pelgardt zuhollen und alher zubringen, verordnet, Damit
das ubel nicht ungestrafft pleibe und des milleres frauw
gegeneinander zu reden gestelt werden, beschehen, Doch
mit versprechnuβ wa sich dergleichen sachen in diser her-
schafften usw zutrage, Das wir ire underthonnen in gleichen
fellen auch veruolgen und zustellen wolten, Doch beider
herschafften herlichkheit, recht und gerechtigkheit ohne scheiden
und als bemelter Langmeyer inen den Munpelgartischen
Räthen denselben reuerβ behendiget, haben sy ime dise
unsere amptsangehorige underthonnen zugestelt und dieselben
durch den Schultheissen zu Mimpelgardt biβ uff diser herschafft
gründt und boden begleiten lassen, Aber nicht desto weniger
haben wir die millerin auch fahen und in einem staublin
uff dem schloβ durch zwen underthonnen Die weil
sy eins kindts schwanger sein soll, verhueten lassen.

p. 2


Damit aber gemelte gefangne uβ der sachen komen, und zu
ersparung costens, haben wir sy dreye, ein yeden
in sonderheit und in abwessens des andern, den vierten
diβ uber edtliche articel verhort und befragt wie Euren gnedigen
und gunsten uβbyligender bekhandtnuβ mit n° C
signiert gnediglichen zu sehen, Und nachgondz ermelten
Herman Seullardt den millerknecht den funfften er-
melts monats maÿ peinlich, in bysein ir siben burgern
des Raths, uber dem letsten articel des frauwen sag
verhoren und befragen lassen, hatt denselben verneint
und nicht glaubt wahr sein, sein sag vom vierten diβ
mit n° C signiert widerumb repetiert und erholen,
mit disem mehr reden, er hab von seins meisters frauw
gehordt, sy seige uff ein zeit by einer frauwen genant
la Gnagonchate zu Damjustin gewessen, sy geclagt
wie ir man der miller sy ubel hielte, und ob sy nichtz
wisse was guet war ime zu vergeben, damit er
sterben mocht, Da andtwurt dieselb sy wisse nichtz
das gutt darfur war.      Wir haben
abermals zu gemelter millerin schickhen lassen, ob sy
disen articel glauben welle, sagt denselben nicht
wahr sein, und nichtz weitters dan vorige sag
bekhomen wellen, allein das sÿ seins kindts schwanger,
derwegen gegen obgemelten gefangnen zu procedieren
wie uns amptshalben ferner ohn Euren gnedigen und gunsten
weitter befelch nit geburen.
Und ist uff das an Euren gnedigen und gunsten unser under-
thenig pit und begeren denen zweiffels ohne dergleichen
schon mehr malen furkhomen Die wellen unβ
gnediglichen schreiben wie wir uns hinfürher gegen
ermelten gefangnen halten sollen, ob wir offgemelten

p. 3
Herman Seullardt und Richardt Carchardet wir dem
mallefizischen Gericht stellen sollen und wider sie Ampts-
halben clagen, und die millerin also wie obgemelt biβ
das sie des kindts genits verhueten und bewahren lassen
sollen.     Das haben Euren gnedigen und gunsten wie
undertheniglichen sollen anzeigen hier uff ein gnedige
andtwurt erwartende. Datum Beffort den 6n
May A° 69.
Eure gnedige und gunstige

Underthenige
dienstwilliger

Obervogt und Amptleute
zu Beffort


Traduction
Nobles, redoutés, très honorés et puissants Seigneurs, soyez assurés de nos obéissants et dévoués services. Messieurs, quant à la teneur de la lettre que M. le bailly et le Conseil qui administrent Montbéliard nous ont écrite le dernier jour d'avril passé, au sujet de Henneman Seullard, valet du meunier de Danjoutin, et de Richard Carchardet de Vézelois, qui ont tenté d'acheter du poison chez l'apothicaire de Montbéliard, vous pouvez la voir avec leur lettre et leur interrogatoire desdits coupables à Montbéliard, ci-joints sous les réf. A et B. Après quoi, sur leur proposition et par relation de bon voisinage, nous avons réclamé ces deux prisonniers et ordonné que le grand-maire de l'Assise, avec un ordre de mission, irait à Montbéliard chercher nos deux sujets et ressortissants et les conduirait ici, pour que ce forfait ne demeure pas impuni et pour que la femme du meunier leur soit confrontée ; avec promesse cependant que s'il se produisait un cas semblable en cette seigneurie, nous poursuivrions et leur remettrions leurs sujets de la même manière, sans préjudice de souveraineté, de droit et de légitimité pour les deux seigneuries ; et lorsque ledit grand-maire présenta son ordre de mission aux conseillers de Montbéliard, ceux-ci lui remirent nos deux ressortissants et les firent escorter par le prévôt de Montbéliard jusqu'au territoire de notre seigneurie. Mais nous n'en avons pas moins arrêté la meunière et nous l'avons fait garder dans une cellule du château par deux de nos sujets, parce qu'elle devait être enceinte d'un enfant.
p. 2
Pour que lesdits prisonniers lâchent le morceau, et pour économiser les frais, nous les avons fait auditionner et interroger tous les trois, séparément l'un de l'autre et sans contact entre eux, le quatre du présent mois, sur plusieurs points, comme vous pouvez le voir, Messieurs, dans le rapport joint sous la réf. C. Et ensuite nous avons fait auditionner et interroger en le soumettant à la question ledit Herman Seullardt, valet du meunier, le cinq dudit mois de mai, en présence de sept bourgeois du Conseil, sur le dernier article de la déposition de la femme ; il a nié celui-ci et pense qu'il n'est pas vrai ; il a répété et repris sa déclaration du quatre de ce mois référencée C, en ajoutant qu'il a entendu dire par la femme de son maître qu'elle s'est trouvée une fois chez une femme de Danjoutin nommée la Gnagonchate, qu'elle s'est plainte d'être maltraitée par son mari le meunier, et qu'elle lui a demandé si elle ne connaissait rien qu'il convînt de lui donner pour le faire périr. A quoi l'autre lui a répondu qu'elle ne connaissait rien qui fût efficace pour cela. Nous avons alors de nouveau envoyé interroger la meunière pour savoir si elle ajoutait foi à ce propos ; elle dit qu'il n'était pas vrai, et n'a rien approuvé de plus que sa précédente déclaration, si ce n'est qu'elle est enceinte d'un enfant. En conséquence nous ne poursuivrons pas plus loin l'enquête sur lesdits prisonniers sans ordre et consignes de votre part
[2 lignes non comprises] Veuillez nous faire savoir par écrit comment nous devons désormais procéder avec lesdits prisonniers, si nous devons déférer lesdits Herman Seullardt et Richardt Carchardet à la chambre criminelle et les revendiquer comme nos ressortissants, et si nous devons incarcérer et faire garder la meunière, comme à présent, jusqu'à son accouchement. Nous vous avons exposé cette affaire ici, Messieurs, comme le doivent des sujets, en attendant la grâce de votre réponse. Donné à Belfort le 6 mai 1569.
Vos très obéissants serviteurs,
les grand bailli et officiers de Belfort.

3. Lettre du 10 juin 1569 (de la Régence à Belfort)




An Oberuogt unnd andere Ambtleüt
zu Beffort

Ewer vornere relation belangend Hen-
neman Seulard, Richart Carchardet
unnd die Müllerin zu
Daniustin, ist uns sambt der weÿtern
bekandtung und erkundigung verlesen worden, Und
nachdem wir aus allen geschrifften nit
befinden dz genanter Richart Carchardet
mehr miβhandelt,
dan dz er mit dem Seulard seines bössen
vorhabens von ime selbst bericht,
nicht desto weniger ghon Mümpelgart
gangen, und sich also mit seiner
verschwigenen wissenhait der sicher etwas thailhafftig
gemacht, unnd er dan, nhunmehr etliche
wochen mit der gefengnus gestrafft
worden, so mögen wir leiden, ist auch
unser maÿnung, dz er, wo sich anderst
seÿterher seiner person halben, nicht
mehrers erfunden, oder ir aus be-
weglichen ursachen andere bedenckhen haben,
one weÿters entgeltung uber die
thurlösung innd azung auff ein
gebürliche urfehd, der gefengnus er-
lassen. So dan die andere
zwo personen Seülard unnd Eua,
die millerin, auff ir gethande
verricht ... des ...
bekandten vorhabens
unnd anrichtung des gifftranckhs
auch der ehebrüchigen gemeinschafft halben

p. 2


von ordentlichem malefizgericht beclagt,
was recht ist, darüber erkhandt
unnd volzogen werde. Wolt
wir Eüch beschaids weÿsen, nit verhalten.
Datum Ensissheim den 10. Tag Junii
Anno 69.
L. Rendt
Landuogt

Cantzler


Traduction
Au grand-bailli et aux autres officiers de Belfort

Votre dernier courrier, concernant Henneman Seulard, Richart Carchardet et la meunière de Danjoutin, avec l'enquête et l'information jointes, nous a été lu ; et comme, dans tous ces documents, nous n'avons pas trouvé que le nommé Richart Carchardet n'a pas commis d'autre faute, une fois informé par Seulard lui-même de son projet criminel, que de l'avoir malgré tout accompagné à Montbéliard, et d'avoir pris part à cela en gardant le secret sur ce qu'il savait, et qu'il en a été puni par plusieurs semaines de détention, nous pouvons admettre, et c'est aussi notre conviction, que si depuis lors, en ce qui le concerne, on ne trouve rien de plus, ou à moins que vous ayez d'autres avis pour des motifs suffisants, il ne soit pas sanctionné davantage, en matière d'expulsion, que d'un serment de bannissement convenable, et qu'on lui fasse grâce de la prison. Quant aux deux autres, Seulard et Eva, la meunière, les actes qu'ils ont commis, leur projet et la préparation du poison, et aussi le délit d'adultère, cela relève des compétences de la cour criminelle, pour qu'il soit là dessus prononcé et exécuté les peines qui sont de droit. Nous avons voulu vous répondre sans attendre. Donné à Ensisheim le 10 juin 1569.
L. Rendt
Le grand bailli
Le chancelier

4. Lettre du 19 septembre 1569 (de la Régence à Belfort)

(document déchiré et taché, plusieurs fois raturé, difficile à comprendre)



An Obervogt unnd andere Ambtleüt zu Beffort

Uff Euren weÿtern bericht, unnd [....]
relation, der gefangnen Millerin [belangend ?]
zu Beffort, vergicht
dieweil sie nit allein [.........]
Ehebrüchigen gemeinschafft [........]
der bestelten giffttranckhs irem ehe-
man darmit zu vergeben, bekandtlich, dar-
zu dem Mullerknecht, wo der eheman
des giffts gestorben, die ehe versprochen,
wie sie dan ime auch dz kindt zugeaignet,
unnd an irer willen und anstellung zu
wirckhlicher volziehung unnd raichnung
des giffttranckhs, nicht gemanglet,
lassen wir es, zu bestraffung des ubels
und abscheülichem exempel,
beÿ des
geheltern Malefizgerichts ge-
schender erkandtung bleiben / Unnd achten
dz es der ordenlich weg * uf dz fürderlichst * von den Male-
fizrichtern/ mit fürbringung der
weÿtern vergicht unnd bekandtnus
des zuuor erkandten unrechts, declaration
unnd erclärung zu begeren, Im fahl aber
durch die Richter *vom Leben, oder wibstraf* was beschwehrliches
erkandt, unnd der Müllerin straff
erlegt würde, dieweil der Müller-
knecht, des mit ruet aushauwens erlassen
und allein mit dem halseÿsen
unnd verschwerung des landtsgestrafft
worden, so lassen wir uns zu wider
achten es auch verantwurtlich se[ye]
die gnad unnd milterung zu ben[utzen]
dz sie auch nit herter noch peinlicher
als er gestrafft werde, wellen wir [...]
Euch byschaids weÿsen nit verlengern zayt.
Datum Ensisheim den 19. Septem[bris]
Anno 1569.
Degelin D. Rendt
Cantzler


Traduction (parfois incertaine)
Au grand-bailli et aux autres officiers de Belfort

A la suite de votre courrier et de votre information concernant la meunière emprisonnée à Belfort, ..... comme il apparaît qu'elle n'a pas seule rompu la communauté conjugale et donné à son mari le poison destiné à le faire périr, et qu'ensuite le valet du meunier, après la mort du mari, lui avait promis le mariage puisqu'elle lui attribuait son enfant à naître, et qu'il a répondu à sa volonté et à son incitation pour passer vraiment à l'acte et se procurer du poison, nous laissons cette affaire, pour sanctionner ce forfait et faire un exemple dissuasif, à la compétence de la Chambre criminelle, et nous pensons que cela relève, suivant la procédure ordinaire et le plus promptement possible, des juges criminels, en leur transmettant l'interrogatoire et l'enquête sur ce forfait, les déclarations et les éclaircissements ; mais au cas où les juges rendraient une sentence lourde ... et si la meunière était punie, comme le valet meunier a été dispensé d'être fouetté de verges et seulement condamné au carcan et au bannissement du pays, nous estimons encore qu'il serait approprié d'user de pardon et de clémence, et qu'elle ne soit pas punie plus durement ni plus sévèrement que lui. Nous voulons vous donner cette réponse sans perdre de temps.
A Ensisheim, le 19 septembre 1569.
Degelin, chancelier. D. Rendt

Les actes du pouvoir autrichien (avant 1648), et un certain nombre de ceux concernant ses représentants sont rédigés en allemand.
Leur lecture et leur compréhension constituent pour la plupart d'entre nous un défi insurmontable.
Robert est l'un des seuls à pouvoir s'y confronter.
L'écriture "gothique" de l'époque est la première difficulté ; mais ce n'est pas la pire. Viennent ensuite la maîtrise du vocabulaire allemand ancien, la connaissance des abréviations courantes, et enfin la compréhension globale du texte et sa traduction.
Pour toutes ces raisons, nous félicitions vivement Robert pour son travail, et le remercions de nous en faire gracieusement profiter.
Vous pouvez déposer un commentaire sur cet article.
Pour cela, veuillez vous ouvrir une session sur ce site

Même sous-série (AD68 1 C 1 - 8691) : Le duc de Deux-Ponts de passage à Chèvremont  ||  Enquête sur des dommages causés par le passage des lansquenets lors de la troisième Guerre de Religion - 1ère partie  ||  Enquête sur des dommages causés par le passage des lansquenets lors de la troisième Guerre de Religion - 2nde partie  ||  Enquête sur des dommages causés par le passage des lansquenets lors de la troisième Guerre de Religion - 3ème partie  ||  Enquête sur des dommages causés par le passage des lansquenets lors de la troisième Guerre de Religion - 2nd dossier  ||  Enquête sur des dommages causés par le passage des lansquenets lors de la troisième Guerre de Religion - 4ème partie  ||  Enquête sur des dommages causés par le passage des lansquenets lors de la troisième Guerre de Religion - 3ème dossier  ||  Enquête sur des dommages causés par le passage des lansquenets lors de la troisième Guerre de Religion - 4ème dossier  ||  Patronymes dans l'enquête sur des dommages causés par le passage des lansquenets lors de la troisième Guerre de Religion  ||  La meunière de Danjoutin (suite)  ||  Affaires de sorcellerie

Même thème (Vie quotidienne) : La meunière de Danjoutin (suite)  ||  La peste à Belfort  ||  Histoires (vraies) de loups  ||  Affaires de sorcellerie  ||  Lectures rurales à la fin du 17ème siècle  ||  Naissance illégitime à Montreux-Château  ||  Accident de grossesse  ||  Une enfant trouvée  ||  Le corps enseignant victime de l'amélioration de la conjoncture  ||  la Beniesson de Valdieu  ||  Injures (justice seigneuriale)  ||  La retraite au 17ème siècle  ||  Inhumation mouvementée à Fontaine

Même époque : Assignation d'un bien entre époux (1575)  ||  Le duc de Deux-Ponts de passage à Chèvremont (1569)  ||  Dates de changement de millésime (XVème - XVIème siècles)  ||  Ruée vers l'argent à Giromagny (1579)  ||  La condition des habitants de Rechotte au XVIème siècle : libres ou mainmortables ? (XVIème siècle)  ||  Enquête sur des dommages causés par le passage des lansquenets lors de la troisième Guerre de Religion - 1ère partie (1569)  ||  Représentation de notre région dans les cartes anciennes (XVIème - XVIIIème siècles)  ||  Enquête sur des dommages causés par le passage des lansquenets lors de la troisième Guerre de Religion - 2nde partie (1569)  ||  Enquête sur des dommages causés par le passage des lansquenets lors de la troisième Guerre de Religion - 3ème partie (1569)  ||  Enquête sur des dommages causés par le passage des lansquenets lors de la troisième Guerre de Religion - 2nd dossier (1569)  ||  Enquête sur des dommages causés par le passage des lansquenets lors de la troisième Guerre de Religion - 4ème partie (1569)  ||  Enquête sur des dommages causés par le passage des lansquenets lors de la troisième Guerre de Religion - 3ème dossier (1569)  ||  Enquête sur des dommages causés par le passage des lansquenets lors de la troisième Guerre de Religion - 4ème dossier (1569)  ||  Patronymes dans l'enquête sur des dommages causés par le passage des lansquenets lors de la troisième Guerre de Religion (1569)  ||  La peste à Belfort (1586-1587)  ||  La meunière de Danjoutin (suite) (1569)

   Partenaires :                              

© Lisa90 2001-2019