Accueil
Association LISA
Articles par thèmes
Articles récents
Cartes postales anciennes "avant-après"
Entités administratives
Archives
Sources dépouillées (base et autres formats)
Travaux indexés par les usagers
Recherches dans les sources dépouillées :
- Recherche par l'initiale du nom
- Recherche avancée
- Recherche de sources
Episode d'une occupation étrangère peu connue, de 1815 à 1818, consécutive à la défaite de Waterloo.

Un citoyen de Chaux assassiné par les troupes d’occupation (AD90) 1 E 023)

par Denis Cavalotti

Quelques éléments historiques pour situer l’événement décrit dans cet acte de décès du 4 juillet 1815, transcrit dans les registres d’état civil de Chaux. (L’orthographe et la ponctuation sont actualisées mais l’acte original est donné à la suite.)

La France est alors sous le règne de Louis XVIII. C’est la Restauration, que Napoléon 1er interrompt par la période des Cent-Jours (mars-juillet 1815).

Celui-ci, après avoir été vaincu à Waterloo le 18 juin 1815 puis abdiqué le 22 juin, est déporté à Sainte-Hélène.

Dès la fin du mois de juin 1815, près de 60 départements français (toute la partie nord de la France jusqu’à la Loire (sauf la Bretagne) et à l’est d’une ligne Orléans-Montpellier) subissent jusqu’en 1818 une dure occupation par plus d’un million de soldats de la coalition (Angleterre, Russie, Prusse, Autriche et Suède).
L’Alsace et une petite partie du nord de la Franche-Comté sont sous l’occupation de troupes du Bade et de la Saxe.


(Wikipedia)

Auxelles-Bas et Chaux sont deux petits villages, de ce qui alors n’est pas encore le Territoire de Belfort, situés au pied du Ballon d’Alsace.

Extrait des registres des actes de décès de la Commune d’Auxelles-Bas

 L’an mil huit cent quinze, le quatre juillet à l’heure de midi, par devant nous Pierre François Girardey maire, officier de l’état civil de la commune d’Auxelles-Bas, canton de Giromagny, arrondissement de Belfort département du Haut-Rhin, sont comparus François Steinake, garde forestier, et Georges Thondre, cultivateur, les deux domiciliés en la dite Commune, lesquels nous ont déclaré que s’étant trouvés dans les champs dits Sur la Côte, finage du dit Auxelles-Bas, ils ont vu passer sept grenadiers hongrois sortant d’Auxelles-Bas et rencontrant sur leur passage au lieu-dit "La fourche", finage du dit lieu, les nommés Nicolas Liebelin avec Thérèse L’homme, son épouse et Nicolas Gaible, les trois domiciliés en la Commune de Chaux, quittant leur domicile et marchant contre Auxelles-Bas. Les dits grenadiers leur crièrent halte quand ils furent près d’eux et saisirent d’abord Nicolas Gaible auquel ils prirent un franc et vingt centimes de monnaie qu’il avait sur lui, et le dit Nicolas Liebelin craignant le même sort, voulant les éviter par la fuite, reçut à l’instant même un coup de fusil dont la balle lui entra entre les deux épaules  et lui sortit par l’estomac. Le dit Liebelin tomba raide mort en présence de son épouse, grosse et sur le point d’accoucher en peu de jours, laquelle ne pouvant retenir ses cris légitimes et lamentables, fut encore couchée en joue et obligée à se jeter à genoux et à demander pardon pour éviter le même sort que son époux. Après cette déclaration, j’ai fait transporter le cadavre du dit Nicolas Liebelin au corps de garde de la commune du dit Auxelles-Bas, et sur la demande de la dite Thérèse Lhomme, son épouse, et celle de Jacques Liebelin, son père, l’ai fait inhumer au cimetière de la dite commune sans en avoir pu faire la reconnaissance et levée par les officiers de police judiciaire et de santé du canton, attendu que les troupes des puissances alliées occupaient Giromagny et d’autres communes circonvoisines et conséquemment que toutes communications se trouvaient interceptées.
En tout quoi avons dressé le présent procès verbal que les dits François Steinake et Georges Thondre ont signé avec nous.


Acte original (EC d'Auxelles-Bas)

Par sa forme narrative inhabituelle qui "scénarise" le décès, cet acte révèle les difficultés dues à l'occupation sans doute peu connue de la France par les troupes de la coalition après la déportation de Napoléon en 1815.
Vous pouvez déposer un commentaire sur cet article.
Pour cela, veuillez vous ouvrir une session sur ce site

Même thème (De l'histoire locale à la grande histoire) : Enquête sur des dommages causés par le passage des lansquenets lors de la troisième Guerre de Religion - 1ère partie  ||  Enquête sur des dommages causés par le passage des lansquenets lors de la troisième Guerre de Religion - 2nde partie  ||  Enquête sur des dommages causés par le passage des lansquenets lors de la troisième Guerre de Religion - 3ème partie  ||  Enquête sur des dommages causés par le passage des lansquenets lors de la troisième Guerre de Religion - 2nd dossier  ||  Enquête sur des dommages causés par le passage des lansquenets lors de la troisième Guerre de Religion - 4ème partie  ||  Enquête sur des dommages causés par le passage des lansquenets lors de la troisième Guerre de Religion - 3ème dossier  ||  Enquête sur des dommages causés par le passage des lansquenets lors de la troisième Guerre de Religion - 4ème dossier  ||  Patronymes dans l'enquête sur des dommages causés par le passage des lansquenets lors de la troisième Guerre de Religion  ||  Le duc de Deux-Ponts de passage à Chèvremont  ||  La rainsson du Turque  ||  "Où l'asne se grattoit il y laissoit le poil"  ||  Les maréchaux et les victoires royales  ||  Des chasubles, un tremblement de terre et une tempête  ||  Les bouches inutiles

Même période : Droit de rétractation à Grosmagny en 1818 (1818)  ||  Morts civiles à Anjoutey (1824)

Infographies sur l'état-civil ancien : Documents conservés | Baptêmes (statistiques)    Travaux divers : Prénoms anciens | Patronymes et variantes (arch. anciennes)
Historique des mises à jour | Contact

Partenaires :                              
© Lisa90 2001-2017